Il y a deux mois est mort Iain M Banks, auteur de science-fiction, romans d'anticipation et d'utopie politico-sociale. À travers ses romans du Cycle de la Culture, il décrit une société ayant dépassé les conflits actuels en permettant à tous de s'épanouir sans contrainte dans une anarchie libérale communiste démocratique (quels antagonismes n'est-ce pas ?).

Qu'a donc à voir un auteur libéral de gauche, partisan de l'indépendance écossaise, avec Bettencourt, nom d'une famille française de droite bien connue ?

Et bien c'est que Iain M Banks décrit dans La Culture une société totalement acentrée et sans hiérarchie. Un joyeux bordel quoi ! Et que cette non-organisation sociale, elle commence à arriver dans la société d'aujourd'hui, notamment dans des mouvements de hackers.

C'est ce qui est arrivé dernièrement avec l'affaire Médiapart/Bettencourt, où la justice a ordonné à Mediapart de retirer les contenus relatifs à la famille Bettencourt (enregistrements audio au format mp3, textes, images...). Dès cet instant, des hackers se sont organisés pour récupérer les contenus en question avant que Médiapart n'exécute l'ordre de justice et les répandre sur la toile, les mettant à la disposition de tous par le biais de miroirs web, téléchargements torrents et autres. Ils se sont organisés par le biais là aussi d'outils de hackers (notamment un pad : outil de traitement de texte collaboratif en ligne). Chacun mettait sa pierre, sans qu'il y ait de chef, de hiérarchie. Ces hackers se définissent comme des gens passant par là :

Nous ne sommes pas  une organisation, ni un collectif ou une association, nous sommes juste  des citoyens passant dans le coin, chacun faisant ce qu'il peut.

Cela ressemble bel et bien à la définition que donne Iain M Banks d'une adhocratie. Un mouvement auto-organisé où les leaders sont finalement les plus compétents, sans relation de pouvoir financier ni de subordination excessive et où chacun s'investit sans contrainte et suivant ses compétences et disponibilités.

Un article de Médiapart parlant de cette opération de piraterie citoyenne.

Le pad ayant servi de support pour l'opération et de point d'information.