Je suis depuis quelques temps sous Mageia pour ce qui est de mon ordinateur de travail principal, celui sur lequel j'écris ce blog et parcours le web (et joue à quelques jeux videos).

J'ai quitté Debian par déception. Quelques instabilités, quelques problèmes. J'aurais sûrement pu les résoudre en cherchant bien. Je voulais voir si l'herbe était plus verte ici (et globalement, je trouve que c'est quand même une bonne idée de voir d'autres distributions de temps en temps).

Mais finalement, l'expérience sur Mageia n'est pas vraiment super non plus.

Un truc interessant à noter, c'est que Mageia est l'héritière de Mandriva, distrib' sur laquelle j'ai commencé à utiliser Linux.

La conf'

Mageia dispose d'un système de configuration intégral. Un truc qui manque bien sur Debian de mon point de vue. Évidemment, ça fait un peu double emploi avec le centre de controle de KDE. Difficile de s'y retrouver des fois.

Ce qui est un peu moins bien par contre, c'est qu'on ne peut pas faire son paramétrage soi-même, par exemple modifier le fstab à la mano. Les modifications ne sont pas conservées. Il faut obligatoirement passer par l'interface graphique. Ce qui restreint fortement les possibilités.

NFS

Je n'arrive pas à configurer correctement NFS.

Concretement, le partage ne se monte pas automatiquement. À chaque fois que je réussi à résoudre le problème, hop quelques jours plus tard, plus de montage automatique.

Pourquoi ? Comment ? Tu sais pas vraiment !

Le réseau et le pare-feu

Une bonne chose, c'est que Mageia a de base un pare-feu activé. C'est pas le cas sous Debian.

Mais apparement, Mageia n'est pas très ipv6 friendly. Déjà nativement, la machine ne cherche pas à avoir de l'ipv6. Il a fallu que je change le client dhcp pour qu'elle demande des adresses ipv6.

Ensuite, j'utilise Dnsmasq, lequel fait ceci :

  • requête dhcp ipv4/6 de luciole
  • récupère l'adresse MAC de luciole par Dnsmasq
  • fourniture de l'adresse demandée
  • calcul par Dnsmasq de l'adresse auto-générée de luciole à partir de l'adresse MAC
  • ping6 de toutes les adresses ipv6 de la machine (fournie par dhcp et auto-générée)
  • inscription dans le dns local des ipv6 qui répondent au ping6

C'est assez intelligent notez bien, puisque même si la machine ne demande pas d'ipv6, il est probable qu'elle en ait une via l'autoconfiguration sans état (RFC). On vérifie que c'est bien le cas via ping et tout le monde est content.

Sauf que si le pare-feu de la machine cliente (mon ordinateur, luciole en l'occurence) est restrictif et ne laisse pas passer ping6, alors ça plante tout. Je ne trouve pas comment autoriser le ping6 de la machine. Il y a bien une option apparement dans l'interface graphique du pare-feu, mais dans les faits, ping6 ne passe pas.

Donc en fait j'ai de la connectivité ipv6, mais pas en réseau local ou pourtant c'est là que ça devrait être tip-top !

Par exemple lors d'une connection ssh, le serveur va faire une requête dns inverse pour savoir qui cherche à se connecter. Comme l'ipv6 de la machine n'est pas dans le dns, la connection n'est pas instantanée, loin de là.

Résultat

Mageia, une bonne distribution pour apprendre à utiliser Linux. Une bonne remplaçante pour Ubuntu donc.

Mais pas vraiment pour l'utilisateur avancé que je suis.