Tournoi de tir à l’arc de Noël de Silkeborg en traduction française

Je suis allé ce samedi organisé par le club de Silkeborg pour un tournoi de tir à l’arc.

Levé à 6h30 pour prendre le bus en bas de chez moi à 7h, arrivé à Ans (village de la commune de Silkeborg où se déroule le tournoi) à 9h20.

J’y ai rencontré une partie du club de tir à l’arc d’Aarhus, mais également des archers confirmés, par exemple Erika Anear, archère australienne, championne vivant aujourd’hui au Danemark, que je connais vaguement et ai toujours plaisir à revoir.

Tirez !

Il y a eu d’abord deux parties de 10 volées de trois flèches chacune. Soit 30 tirs par partie et 300 points possibles par partie. Assez content de moi puisque j’ai fais 221 et 231 points.

Faut voir qu’un tournoi de tir à l’arc, c’est quelque chose de très lent, mais aussi très organisé. J’ai deux minutes pour tirer mes trois flèches. Et en fait, plus je suis lent, mieux je tire, mais plus je fatigue également. C’est donc un peu la compétition du «qui est le plus lent ?».
Je tire généralement mes trois flèches en une minute, voir 100 secondes. Il y a des archers qui utilisent vraiment leurs deux minutes. C’est au point qu’à 20 secondes de la fin, ils arment leur dernière flèche, et tirent dans les 5 dernières secondes.

Chaque archer tire sur un blason sur une cible de mousse situé à 18 m. Mais comme on est beaucoup, on doit avoir un roulement par trois. Donc une fois que j’ai tiré ma volée, j’ai parfois un long temps de repos. Puis on va regarder ses flèches. Chacun compte ses points et on valide les points des autres (vu qu’on est trois à tirer sur la même cible).
Pour une soixantaine d’archers, on a trois juges-arbitres, c’est light. Puis on revient sur la ligne de tir.

C’est un peu spectaculaire, on dirait une armée médiévale en marche.

De ce fait, les 10 volées de 3 flèches, ça dure environ deux heures. À un rythme lent et posé. On dirait un mini marathon. Très lent, pas vraiment d’effort physique. C’est beaucoup de mental et de concentration.

Les enfants reçoivent des cadeaux

Après les deux séries de volées, les enfants ont pû s’arrêter. On les a fait tirer sur des nains de Noël dessinés en guise de micro-cibles. Chacun est reparti avec un gros paquet de bonbons.

Je regrette de ne pas avoir pris de photos à ce moment. C’est assez rigolo de voir des enfants mesurant 1m20 de haut tirer avec un arc d’1m50, ou un micro arc à poulies.

Les poules

Puis sont venues les éliminatoires en poules. Ça a commencé vers 16h. Donc j’avais déjà 6 heures de tir dans les épaules. Et là, les épaules, elles râlaient. Parce que ça commençait à être dur de garder la position.

Les poules étaient organisées en groupes de 4 personnes et chacun a concouru contre les autres membres de la poule. Je me suis retrouvé avec une fille qui m’a dit qu’elle en bavait un peu, même si elle tirait toujours dans le jaune (donc les points 9 et 10). En comparaison, mon tir se dégradait à grande vitesse et j’avais du mal à atteindre le rouge (les points 7 et 8). Bien évidemment j’ai été le dernier de ma poule.

Je n’ose même pas imaginer dans quel état cette fille est partie du tournoi.

Mais ne croyez pas que je sois amer. Je suis quand même content de ma performance.